Le Blog de Daniel HUE le Crouycien

26 août 2016

"Je ne serai pas le candidat de l'eau tiède" : les phrases du meeting de Sarkozy

Logo l'Express

Sarko 103

Lors de son premier meeting de candidat à la primaire de la droite jeudi soir dans les Bouches-du-Rhône, l'ex-chef de l'Etat a notamment promis de "restaurer l'autorité de l'Etat" et de s'attaquer au "problème" de l'immigration.

Il a retrouvé les habits qu'il préfèrent endosser, ceux de candidat en campagne. Jeudi soir, Nicolas Sarkozy a tenu son premier meeting de candidat à la primaire de la droite à Châteaurenard (Bouches-du-Rhône). Trois jours après l'officialisation de son entrée en campagne, l'ancien chef de l'Etat a insisté sur les questions régaliennes. Cinq phrases à retenir d'une réunion où il s'est plus attaqué au pouvoir en place qu'à ses rivaux de la primaire.

"Restaurer l'autorité de l'Etat"

C'est son sujet préféré depuis de nombreuses années. Jeudi soir, Nicolas Sarkozy a déclaré vouloir "restaurer l'autorité de l'Etat". L'ancien chef de l'Etat a déroulé ses thèmes de campagne, autour notamment de l'"autorité" et l'"identité".

"Jamais dans l'histoire la fonction présidentielle n'aura été aussi affaiblie", a-t-il lancé. "Je veux que cette fonction soit à nouveau incarnée", a-t-il ajouté. "L'Etat de droit ne peut pas être un état de faiblesse", a-t-il continué. Il s'est par ailleurs dit candidat non "pour durer", mais "pour agir au service de la France".

"Je ne serai pas le candidat de l'eau tiède"

"Je ne serai pas le candidat de l'eau tiède, des demi-solutions", a assuré le responsable Les Républicains (LR). "J'en ai assez que l'on prenne des faux prétextes pour ne pas agir", a-t-il lancé devant plusieurs ténors de son parti, comme François Baroin, Christian Estrosi, Jean-Claude Gaudin, Laurent Wauquiez ou l'ex-ministre Rachida Dati, selon Le Monde.

"La France déteste la normalité, et les présidents qui vont avec"

Selon un journaliste de France Culture, Nicolas Sarkozy a adressé une pique à François Hollande, qui s'était présenté comme un "candidat normal" lors de la campagne présidentielle de 2012. "La France déteste la normalité, et les présidents qui vont avec", a fustigé le dirigeant.

S'attaquer au "problème de l'immigration"

 Autre thème récurrent chez l'ancien président du parti LR: l'immigration. "Le peuple de France n'est pas xénophobe parce qu'il considère qu'il a un problème avec l'immigration!", a-t-il lancé, copieusement applaudi par plus de 2000 militants. Trois jours après son entrée en campagne, l'ancien chef de l'Etat a rappelé sa proposition de "suspendre" le regroupement familial s'il est élu.

Le burkini? "Une provocation"

A l'issue d'une journée passée sur des terres où le Front national réalise d'excellents scores, Nicolas Sarkozy a réaffirmé lors de son meeting son opposition au burkini, taxé de "provocation". Il s'est aussi prononcé pour une loi interdisant le voile "à l'école, à l'université, dans les services publics, dans les entreprises".

La Caricature de Daniel Hue

Sarko 103 - 2

Posté par CROUYCIEN à 13:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


24 août 2016

Mis en examen, le candidat Sarkozy a peu de chances d’être jugé avant 2017

Logo Les Décodeurs

« En décidant d’un non-lieu, la justice vient de me déclarer innocent », annonçait Nicolas Sarkozy sur les réseaux sociaux le 11 octobre 2013. Impliqué, de près ou de loin, dans une dizaine d’affaires judiciaires ces dernières années, M. Sarkozy n’a, pour l’heure, jamais été condamné. Il a même été mis hors de cause dans plusieurs cas, ce qu’il ne manque pas de rappeler à chaque décision de justice favorable, comme le non-lieu dans le dossier Bettencourt en 2013 dont il se félicitait sur Facebook.

En 2016, le candidat tout juste déclaré reste néanmoins sous le coup de deux mises en examen : dans l’affaire Bygmalion et dans celle des écoutes. Les calendriers politiques et judiciaires peuvent-ils se heurter, jusqu’à gêner sa campagne ? Le point sur ce que l’on sait de l’avancée des deux dossiers.

L’affaire Bygmalion et le financement illégal de campagne

Pourquoi Nicolas Sarkozy a-t-il été mis en examen ? L’UMP et l’agence de communication Bygmalion sont soupçonnées d’avoir établi de fausses factures au cours de la campagne présidentielle de 2012, pour masquer un dépassement de 18,5 millions d’euros du seuil maximum des dépenses électorales (22,5 millions d’euros). L’enquête s’intéresse aussi à 10 millions d’euros supplémentaires qui auraient été officiellement dépensés par l’UMP, mais pas inscrits dans les comptes de la campagne présidentielle. Quatorze personnes, dont Nicolas Sarkozy, sont visées par l’enquête.

L’ex-président a été mis en examen le 16 février pour financement illégal de campagne électorale, un délit puni de dix ans d’emprisonnement et 150 000 euros d’amende. Il est accusé d’avoir engagé des dépenses supplémentaires dans sa campagne de 2012, tout en sachant que le plafond légal serait dépassé.

Nicolas Sarkozy a été également placé sous le statut de témoin assisté des chefs d’usage de faux, d’escroquerie et d’abus de confiance. Mais l’enquête n’a pas prouvé qu’il avait connaissance de l’existence du système de fausses factures au cœur de l’affaire Bygmalion, même si des indices vont dans ce sens.

A quand un éventuel procès ? L’enquête dans cette affaire a été bouclée début juin. Mais il reste plusieurs étapes avant la tenue d’un éventuel procès. D’abord, les parties peuvent faire de nouvelles demandes d’actes et déposer des recours dans un délai légal de trois mois, comme le prévoit le code de procédure pénale (article 175 et suivants). Ce n’est qu’ensuite que peut intervenir l’ordonnance de renvoi des juges, qui fixe la tenue d’un éventuel procès.

Au minimum trois mois, voire plus en cas de recours, s’écoulent donc entre la fin de l’instruction et l’ordonnance de renvoi. La défense de Nicolas Sarkozy a donc tout intérêt à engager une guerre de lenteur pour retarder l’échéance. A titre d’exemple, un peu plus de six mois s’étaient écoulés entre la fin de l’instruction de l’affaire Bettencourt, le 28 mars 2013, et le renvoi de dix mois en examen devant la justice, le 7 octobre suivant.

Et même si l’ordonnance de renvoi tombait avant la fin de l’année dans l’affaire Bygmalion, il resterait à fixer les dates du procès. Par exemple, en mars ou avril 2017, au plus fort de la campagne ? Possible en théorie, mais peu probable, expliquait Le Monde en mai : « En vertu d’une règle non écrite, s’agissant des dossiers à connotation politique, les magistrats observent généralement une trêve au moment des échéances électorales. »

Par ailleurs, si Nicolas Sarkozy était élu président de la République, il bénéficierait de l’immunité inhérente à la fonction, qui le protégerait de la tenue d’un éventuel procès pendant son mandat.

L’affaire des écoutes et le trafic d’influence

Pourquoi Nicolas Sarkozy a-t-il été mis en examen ? Le candidat à la primaire de la droite et du centre est soupçonné d’avoir cherché, via son avocat, Thierry Herzog, à influencer le juge Gilbert Azibert. L’ex-président aurait été demandeur de renseignements sur une décision de justice concernant la possibilité d’exploiter ses agendas présidentiels dans plusieurs autres affaires (Karachi et Tapie), en échange d’une aide pour obtenir un poste à Monaco pour le juge. C’est dans ce cadre que les juges l’avaient placé sur écoute et découvert qu’il utilisait un second téléphone portable sous le nom d’emprunt « Paul Bismuth ».

Nicolas Sarkozy a donc été mis en examen le 1er juillet pour « corruption active », « trafic d’influence » et « recel de violation du secret professionnel » et risque jusqu’à dix ans de prison.

A quand un éventuel procès ? L’instruction est toujours en cours dans cette affaire car la procédure a été ralentie par plusieurs recours. Elle a notamment été un temps suspendue à cause d’une demande d’annulation de la procédure portant notamment sur les écoutes téléphoniques. Bouclée une première fois en février, elle a finalement été rouverte au mois de mai après une décision de la cour d’appel de Paris qui a contraint les juges à reconvoquer Nicolas Sarkozy en juin.

Le commentaire de Daniel Hue le Crouycien

Il suit les Chirac, les Tibéri, les Balkany qui ont fait ou font en sorte de retarder la justice pour être jugé le plus tard possible...

Posté par CROUYCIEN à 19:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 août 2016

Laurent Wauquiez remplace Nicolas Sarkozy à la présidence des Républicains

Logo FranceTV info

Laurent_Wauquiez_02

L'ancien chef de l'Etat démissionne car il se présente à la primaire de la droite en vue de la présidentielle de 2017.

Le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes Laurent Wauquiez remplace Nicolas Sarkozy à la présidence des Républicains, selon un courrier de ce dernier adressé aux militants, mardi 23 août. Nicolas Sarkozy démissionne car il se présente à la primaire de la droite en vue de la présidentielle de 2017.

Eric Woerth est renommé au poste de secrétaire général du parti. "J'ai demandé à Laurent Wauquiez, le vice-président délégué, d'assurer la présidence par intérim des Républicains, et à Eric Woerth d'en être le secrétaire général, conformément aux statuts", écrit Nicolas Sarkozy.

A la tête du parti depuis 2014

Cette configuration avait été évoquée en coulisses depuis plusieurs semaines. L'ancien ministre de l'Education, Luc Chatel, reste président du conseil national du parti.

Dans ce courrier, Nicolas Sarkozy se satisfait d'avoir fait de son parti, l'UMP, rebaptisé Les Républicains à son arrivée, "la première formation politique de France", "avec plus de 265 000 adhérents". Il se félicite également d'avoir "redressé les comptes" et "permis de trouver les financements nécessaires pour que la primaire de la droite et du centre de novembre puisse se tenir"

L'ancien chef de l'Etat avait repris la présidence de l'UMP en automne 2014, un parti alors très affaibli après sa défaite à la présidentielle de 2012, la guerre entre François Fillon et Jean-François Copé pour la présidence qui a suivi et l'affaire Bygmalion qui avait poussé Jean-François Copé à quitter la présidence.

La Caricature de Daniel Hue

sark

Laurent_Wauquiez_03

Posté par CROUYCIEN à 17:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le livre...

Tout_pour_la_France

La Caricature de Daniel Hue

Rien pour la France

Posté par CROUYCIEN à 16:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Pas de burkini...

Charlie Hebdo 01

Posté par CROUYCIEN à 12:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


« Si je perds, j’arrête la politique », déclarait Nicolas Sarkozy lors de la présidentielle en 2012

Logo Le Monde

Sarko___BFMTV

L’ex-président de la République Nicolas Sarkozy avait fermement déclaré au micro de RMC en mars 2012 qu’en cas de défaite à l’élection présidentielle, il quitterait la politique. Quatre ans plus tard, cette promesse n’est pas tenue. Malgré sa défaite alors face à François Hollande, Nicolas Sarkozy fait acte de candidature à la primaire de la droite et espère se présenter à la présidentielle de 2017.

Posté par CROUYCIEN à 11:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 août 2016

Extrait du palmarès (subjectif) des 20 plus belles gares de France (suite et fin)

111840544 

Le commentaire de Daniel Hue le Crouycien

Et celle de Crouy-sur-Ourcq, elle est pas belle aussi...

2016-08-12 132754-899893

 

Posté par CROUYCIEN à 18:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Ligne P : Les usagers des branches La Ferté-Milon et Château-Thierry s’impatientent

Logo Le Parisien

trilportRenforcer le cadencement et programmer l’électrification de la branche Meaux-La-Ferté-Milon au plus vite. C’est ce que réclament les usagers de cette branche de la ligne P après l’annonce de l’électrification, en 2020, de la branche Paris-Provins. La région déboursera 70 M€ sur les 130 M€ du chantier (le reste étant pris en charge par l’Etat, le département et la région Grand-Est).

« La Ferté-Milon reste le parent pauvre des investissements, s’exaspère Victor Etienne, président d’Aout, Association de l’Ourcq des usagers des transports. L’électrification de ce tronçon ne coûte que 37 M€ et on devra attendre 2021 pour récupérer les autorails à grande capacité (AGC) du Paris-Provins, une fois l’électrification terminée là-bas. Cette attente est inadmissible ! »

p>Stéphane Beaudet (LR), vice-président de la région en charge des transports, rappelle que « toutes les branches de la ligne P étaient délaissées. L’électrification de Provins se baladait dans les contrats de plan Etat-Région depuis 20 ans et en six mois, nous [NDLR : la majorité LR élue en décembre dernier] avons bouclé le dossier en mettant les deux régions autour de la table. »
L’élu comprend « l’impatience » des usagers de La Ferté-Milon. « Cette ligne a cumulé les handicaps, avec trop de matériels roulants différents, une exploitation en hausse, une partie électrifiée et une autre non, et enfin un centre de maintenance à bout de souffle. » Stéphane Beaudet dit réfléchir à ouvrir des mini-centres techniques en bouts de lignes, afin de mieux entretenir les trains.

Le maire de Trilport (PS), également vice-président du Pays de Meaux en charge des transports, monte aussi au créneau. Il déplore que l’électrification vers La Ferté-Milon ne soit pas abordée « avant 2030 dans le comité de ligne. Or elle apporterait des trains supplémentaires à Trilport et à Meaux. »

L’élu note une hausse annuelle de 8 % du nombre des voyageurs à Trilport et de 6 % à Meaux en cinq ans. « Et il n’y a pourtant pas davantage de trains depuis 2008. Le Stif et la région nous écoutent, c’est bien, mais il faut maintenant des avancées. Les annonces ne sont pas à la hauteur des besoins des usagers des sections allant à La Ferté-Milon et Château-Thierry. »

Jean-Michel Morer prône aussi la création de liaisons de bus entre les gares RER et SNCF et une réflexion sur les transports à la demande.

Posté par CROUYCIEN à 16:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 août 2016

Les nuisances sonores à Crouy-sur-Ourcq

Bulletin municipal 01

Nuisances sonores 2014-2016

Le rappel de Daniel Hue le Crouycien

L'amende est de 68 € si l'auteur des troubles règle l'amende immédiatement ou dans les 45 jours suivant le constat d'infraction (ou l'envoi de l'avis d'infraction le cas échéant)

180 € au-delà de ce délai.

La question de Daniel Hue le Crouycien

Dans cette période de 2 ans, y a-t-il eu des rappels à l'ordre, des procès verbaux de dresser, des amendes ?

En semaine, c'est toujours la cacophonie des tondeuses à gazon, des tronçonneuses, des perceuses pratiquement chaque jour. Quant aux samedis et dimanches, on s'en donne à coeur joie et souvent en dehors des plages horaires autorisées.

Mais si "le bruit reste interdit, dès lors qu'il génère par sa durée, son intensité ou sa répétition des nuisances sonores pour le voisinage", l'interdiction en semaine, samedis, dimanches er jours fériés, ne concerne pas que les particuliers, mais elle concerne aussi les entreprises qui travaillent pour des particuliers...

Le rappel de Daniel Hue le Crouycien

Ce qu’il serait souhaitable aujourd’hui de modifier comme suit pour concentrer les bruits sur un minimum de jours dans la semaine et non permettre de les étaler du lundi au vendredi :

« les travaux de bricolage ou de jardinage réalisés par des particuliers à l’aide d’outils susceptibles de porter atteinte à la tranquillité du voisinage, tel que tondeuse à gazon, tronçonneuse, perceuse, raboteuse, etc…, ne peuvent être effectuées que :

            = les mardis et jeudis de 7heures à 20 heures les jours ouvrés

            = les samedis de 9 heures à 12 heures et de 15 heures à 19 heures 30

            = les dimanches et les jours fériés de 10 heures à 12 heures

Le bruit reste interdit, dès lors qu’il génère par sa durée, son intensité ou sa répétition des nuisances sonores pour le voisinage ».

Cette infraction est verbalisée par une amende d’un montant forfaitaire de 68 euros (article R.623-2 du Code Pénal).

N’effectuer ces travaux que les mardis et jeudis permettrait aux habitants qui vivent en permanence toute la journée à Crouy-sur-Ourcq (personnes au foyer et enfants) d’apprécier l’absence de bruits les lundis, mercredis et vendredis dans la commune.

Posté par CROUYCIEN à 16:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 août 2016

Dès le 8 août, nous consommerons plus que ce que la planète peut fournir

Logo 20 minutes

Ce lundi sera le « jour du dépassement », le moment où l’humanité commence à vivre à crédit…

Si vous allez dans une poissonnerie ce lundi, vous allez comme d’habitude y trouver du poisson. Mais ce poisson sera une avance sur ce que vous consommerez l’année prochaine : ce 8 août, l’humanité aura consommé l’ensemble des ressources alimentaires que la planète peut renouveler en une année. Cette date, que les ONG appellent « overshoot day », ou jour du dépassement, avance chaque année : en 2000, elle tombait le 1er octobre, en 2008, le 23 septembre, l’année dernière le 13 août et cette année le 8 août.

1,7 fois la France pour nourrir les Français

« Il faut imaginer un compte en banque : si on se rémunère sur les intérêts, pas de problème, mais si on entame le capital de départ, ça ne peut pas durer éternellement, illustre Arnaud Gauffier, responsable agriculture et alimentation au WWF France. Jusqu’au 8 août, nous avons prélevé les intérêts de la nature, mais ensuite nous entamerons le capital. » Ainsi, le poisson que nous allons manger pendant les 5 derniers mois de l’année contribuera à diminuer les stocks de poissons « car on pêche des poissons non matures, qui n’ont pas eu le temps de se reproduire » pour répondre à la demande, explique Arnaud Gauffier.

Exprimée autrement, cette surconsommation de ressources naturelles implique qu’il faudrait 1,7 fois le territoire de la France pour subvenir aux besoins des Français et trois planètes Terre si la population mondiale vivait comme les Français. L’empreinte carbone, incluse dans le calcul, est la principale variable de l’empreinte écologique globale : en huit mois, l’humanité a émis plus de carbone que ce que les océans et les forêts du globe peuvent absorber en un an. « Si on diminuait de 30 % nos émissions de gaz à effet de serre au niveau mondial, l’"overshoot day" serait le 16 septembre en 2030 », chiffre Arnaud Gauffier. La réduction des émissions, notamment par le développement des énergies renouvelables, est donc un levier majeur pour avancer cette date fatidique.

Manger moins de viande et moins gaspiller

Toutefois, chacun peut aussi agir à son niveau, note Arnaud Gauffier : en mangeant moins de viande, ce qui permet de consommer moins d’eau, de libérer des terres agricoles pour l’alimentation humaine et de réduire les émissions de gaz à effet de serre, mais également en gaspillant moins de nourriture. « Une baisse de la consommation de viande aurait un effet immédiat, assure le WWF France. Les stocks de poisson peuvent aussi se reconstituer rapidement ». Ces derniers sont les plus menacés par notre appétit : 90 % des stocks de poissons sont surexploités ou exploités au maximum au niveau mondial et en Méditerranée, ce sont 96 % des poissons qui pourraient disparaître à terme.

Posté par CROUYCIEN à 18:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]