Logo Les Echos

Jusqu’ici soutien de l’ancien Premier ministre, Laurent Wauquiez appelle à un «rassemblement large» autour de la candidature de Nicolas Sarkozy.

Il n’a pas encore déclaré sa candidature mais la liste de ses soutiens commence à s’élargir. Acclamé à Nice dimanche par une foule scandant «Sarko Président», Nicolas Sarkozy a déjà reçu les témoignages de soutien de Christian Estrosi, et Jean-François Copé, qui est sorti mardi de sa réserve lors d’une réunion avec ses proches à l’Assemblée.

Mercredi, c’est au tour de Laurent Wauquiez d’appeler à voter pour Nicolas Sarkozy. Dans un entretien au Monde, le jeune loup de l’UMP estime qu’ «après deux ans de crise, l’UMP a besoin d’un nouveau départ avec un rassemblement large autour de Nicolas Sarkozy pour réussir». Alors que l’UMP a «besoin d’un leader», seul l’ancien chef de l’Etat aurait «l’autorité» et l’ «énergie» pour mener à bien la refondation du parti de droite, secoué notamment par l’affaire Bygmalion.

 
 

Ancien ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche de François Fillon, Laurent Wauquiez, qui soutenait ce dernier lors de la bataille pour la présidence de l’UMP, change de camp. S’il affirme garder de l’«estime» pour l’ancien locataire de Matignon, il juge que son «affrontement avec Jean-François Copé nous tirait vers le bas».

Laurent Wauquiez critique, par ailleurs, l’autre rival de Nicolas Sarkozy et «principal concurrent» déclaré, Alain Juppé . Sa «stratégie» d’alliance avec le MoDem n’est pas la «bonne réponse contre le FN», estime-t-il. «Les Français balayeront toutes ces stratégies d’état-major. Ils veulent que l’on réponde aux questions de la vie quotidienne et c’est parce qu’ils ne trouvent pas ces réponses dans les partis actuels qu’ils se tournent vers le FN», ajoute-t-il. Entre les centristes et les partisans de la droite forte, le fossé semble plus que jamais se creuser à l’UMP.